Les musiciens :

Xavier commence la batterie en rentrant au lycée, il fait ses premières armes dans un groupe de rock progressif. En 2002, il découvre le jazz et rentre en section jazz au conservatoire de Brest.

Ce cursus lui permet d'intégrer l'orchestre "Nimbus" à plusieurs reprises, orchestre éphémère recomposé chaque année autour d'un invité. Durant ces expériences il travaillera successivement sous la direction de Fabrizzio CASSOL ("Akamoon"), Bo VAN DER WERF ("Octurn"), Guillaume ORTI ("Kartet"), Malik MEZZADRI ("Magic Malik Orchestra"), Geoffroy DE MAZURE ("Times"), Olivier BENOIT ("Circum Orchestra"). En 2009, il rejoint la classe de jazz de jean-philippe LAVERGNE et jean-mathias PETRI au Conservatoire de Saint-Brieuc et obtient un D.E.M. de Jazz en 2011.

Aujourd'hui il fait partie du trio "Kahëma", né des expériences du Nimbus Orchestra, riche en explorations rythmiques et inspiré de différentes cultures traditionnel. Il joue également dans le groupe "Lunch noazh" (Trophée Toal Lañs 2011) et dans le groupe de funk "Babinski funk reflex". Il participe également à des spectacles de théâtre d'improvisation avec la troupe Impro infini (mondial d'impro, Amnezik brothers).



Mael Guégo est né très jeune. À 3 ans, il invente la guitare électrique. À 5 ans, il donne des cours à Jimmy Hendrix et Franck Zappa. À 7 ans, il fait une forte dépression suite à la mort de son ours en peluche, qui ne survivra pas aux séquelles d'une mauvaise opération de chirurgie esthétique. Après une cure de désintoxication, il revient sur scène, vend 60 milliards d'albums (un à chaque terrien, plus un stock acheté pour les générations futures, et des fusées entières envoyées pour les extraterrestres), se fait construire une maison en speculoos qui brûle 3 jours après. Pour se renflouer, il décide d'intégrer le Trio Virtuel.



Malo a commencé l'accordéon vers 9 ans, principalement avec Rémi Martin. Ensuite, il découvre Piazzolla, puis le jazz, et tente d'en intégrer des éléments au sein de son propre jeu. Son envie d'aller plus loin l'a poussé à réfléchir sur la logique des claviers d'accordéon et les questions de lutherie, jusqu'à concevoir un nouveau modèle d'instrument élargissant les potentialités de l'accordéon, fabriqué par Marc Serafini et Antoine Errotaberea. Sa curiosité le pousse aujourd'hui à s'intéresser aussi bien aux approches harmoniques que modales de la musique et de l'improvisation. Il joue aussi du piano et du clavier depuis 2010.

Il joue dans le duo Benjamin-Malo-Scène avec le flûtiste Benjamin Bron et développe un répertoire solo de compositions et d'improvisations. Il a joué en duo avec Gwendal Lucas, collaboré à Yen a marre de l'accordéon ! avec Rémi Martin et Marc Désaneaux, puis à quelques courtes expérimentations, avec les danseurs hip-hop de Unvsti, L'Aviphone de Mathilde Chevrel, en rock progressif, en chanson, ou en musique contemporaine électronique microtonale avec Paul Dirmeikis.

Il possède un site, mais pas de myspace, et il explique pourquoi.



Julien apprend d'abord le biniou avec Ifig Castel et joue ensuite en couple biniou-bombarde avec Fañch Le Breton.

Après des études d'Arts-Appliqués à Brest et Amiens, il entre à l'école des Beaux-Arts de Nantes et y pratique le dessin, la peinture, la photographie et la musique électro-acoustique avec Yann Le Ru et Marc Guerini. Parallèlement il en profite pour étudier la veuze avec François Robin. La rencontre à Rennes avec le guitariste Fred Arnoux permet de jeter un premier pont entre musique bretonne et jazz. Son envie devient alors de réaliser, non pas un compromis, mais une synthèse possible entre ces deux univers.

Il participe à plusieurs formations comme le groupe de Reggae-Ska Gallo IMG, le Trio Matelin an Dall (biniou-bombarde-tambour) et Kiñkoñs.

Il enseigne parallèlement la clarinette et le saxophone au Cercle celtique de Rennes.

Il fonde en 2011 le projet Lunch Noazh (premier prix Taol-Lañs 2011, Prizioù ar Brezhoneg 2013), auquel participent aussi Xavier et Mael.